15 février 2024 #SustainableChile

Les cerises du Chili en route vers le Nouvel An chinois

Paramètres d'accessibilité

Les exportateurs appliquent des pratiques durables aux cultures, telles que l'irrigation technicisée des cerisiers, la production d'électricité grâce à des centrales photovoltaïques et l'utilisation de technologies de pointe pour garantir la luxuriance des cerisiers pendant leur long voyage vers l'Asie.

Cette année, les exportateurs et les compagnies maritimes se sont mis d'accord pour la cinquième fois sur des routes plus directes avec les navires "Cherry Express", qui ont réduit la durée du voyage de 28 à 22 jours. Une route directe vers le port de Tianjin a même été ouverte pour une meilleure distribution dans le nord.

La cerise chilienne est devenue la vedette des célébrations du Nouvel An chinois. Cette fête, qui a lieu le 10 février, en plein hiver dans ce pays, a fait de nos cerises un cadeau de luxe pour la famille et les amis, car elles sont considérées comme un symbole de prospérité et de bonne fortune dans le pays asiatique. Le fruit chilien est très attendu par les consommateurs, et des ventes spéciales sont même organisées sur les réseaux sociaux.

Pour répondre à cette énorme demande et aux normes de qualité exigées par les consommateurs chinois, l'industrie chilienne a intégré des technologies de pointe et une gestion durable des cultures grâce à une irrigation technicisée. Une autre expression de ce processus d'innovation se trouve dans la région d'O'Higgins, dans le domaine de Quilamuta, où les énergies renouvelables ont été intégrées grâce à la plus grande centrale photovoltaïque flottante d'Amérique du Sud installée sur des terres agricoles. 

"Les cerises, et les fruits en général, sont des produits très périssables et chaque minute de transport compte", explique Iván Marambio, président de Frutas de Chile. C'est pourquoi l'entreprise s'efforce de réduire les temps de transport en intégrant des technologies de pointe. "Dans les usines de conditionnement, les lignes de traitement sont informatisées et sélectionnent les fruits en fonction de leur taille, de leur couleur et de la présence ou non de défauts", explique Claudia Soler, directrice exécutive du comité des cerises de Frutas de Chile. En outre, les cerises sont emballées dans des sacs sous atmosphère, ce qui leur permet de rester fraîches pendant le voyage. Ensuite, dans les camions et les bateaux, on utilise des conteneurs réfrigérés, spécialement créés pour transporter des fruits périssables qui ont besoin d'une température de zéro degré.

Rodrigo Galleguillos, directeur général de San Antonio Terminal Internacional (STI), a expliqué qu'ils prévoyaient de transporter "plus de 8 300 conteneurs réfrigérés de cerises cette saison, avec deux ou trois services express hebdomadaires". Les camions entrent dans le terminal en moins de 20 minutes et sont rapidement raccordés à l'électricité afin de ne pas perdre la chaîne du froid. "Le séjour normal d'un conteneur d'exportation dans le port est de cinq jours, mais dans le cas des cerises, ce délai est réduit à deux jours en moyenne", a-t-il ajouté.

Cette année, les exportateurs et les compagnies maritimes se sont mis d'accord pour la cinquième fois sur des routes plus directes avec les navires "Cherry Express", qui ont réduit la durée du voyage de 28 à 22 jours. Une route directe vers le port de Tianjin a même été inaugurée pour une meilleure distribution dans le nord. Selon les chiffres de l'association Frutas de Chile, jusqu'à la quatrième semaine de 2024, le Chili a envoyé 368 490 tonnes de cerises fraîches sur le marché asiatique, un chiffre qui devrait être dépassé cette année.

Environ 90 % de la production chilienne de cerises est exportée vers la Chine, ce qui a représenté la saison dernière l'envoi de 83 millions de boîtes de cinq kilos, soit l'équivalent de 415 398 tonnes, pour un rendement de 2 milliards de dollars. Iván Marambio a souligné que "la cerise est le produit qui s'est le plus développé au cours des quinze dernières années, elle est donc l'image du Chili". Le défi pour l'industrie est maintenant de continuer à croître, tout en maintenant la même qualité".

La directrice exécutive de la Fundación Imagen de Chile, Rossana Dresdner, a souligné que "tout comme l'industrie du vin, les exportateurs de cerises ont travaillé pendant des années pour positionner l'origine de leurs produits sur les marchés internationaux. Un fruit qui est aujourd'hui reconnu pour son immense valeur ajoutée qui implique une production durable et l'incorporation d'importantes avancées technologiques".

Autres nouvelles connexes
03 mai 2024 #DurableChile #Colonnes

Bulletin d'information

Image du Chili