18 novembre 2020 #ChileDiverse #ChileSustainable

Journée de l'Antarctique chilien : Territoire austral avec exploration et recherche mondiales

Paramètres d'accessibilité
Journée de l'Antarctique chilien

Le jeudi 6 novembre marque le 80e anniversaire de la date historique à laquelle le président Pedro Aguirre Cerda a fixé les limites du territoire chilien de l'Antarctique, en 1940. Malgré cette annonce, la présence chilienne sur le territoire n'est devenue effective qu'en 1947, lorsque la première base a été installée dans la région, sous le nom d'Arturo Prat. Elle a été suivie par les bases Bernardo O'Higgins (1948), Gabriel González Videla (1951), Pedro Aguirre Cerda (1955), Rodolfo Marsh (1969) et d'autres. Aujourd'hui, le Chili dispose de 12 bases sur son territoire antarctique.

C'est en 1959 que ce territoire a commencé à devenir un centre d'intérêt scientifique intéressant. Le 1er décembre de cette année-là, le traité de l'Antarctique a été signé à Washington ou le système du traité de l'Antarctique (STA), qui désigne l'Antarctique comme une région de paix et de coopération pour la recherche scientifique, tout en abordant les questions liées aux revendications de souveraineté.

Depuis lors, le Chili a axé ses actions sur la logistique, la recherche scientifique, la protection de l'environnement et la collaboration internationale.

Pour soutenir l'exploration et encourager l'étude de la zone, le gouvernement a créé en 1963 l'Institut chilien de l'Antarctique (INACH), un organisme public dépendant du ministère des Affaires étrangères, qui vise l'un des principaux objectifs du SEA : mener une recherche scientifique de qualité.

"L'INACH coordonne toutes les recherches menées en Antarctique et promeut également certains axes de recherche stratégiques pour le Chili. Par exemple, la portée des changements mondiaux qui se produisent et qui affectent l'Antarctique, et dont nous avons pris conscience grâce à des recherches qui affectent l'avenir du pays", explique Marcelo Leppe, directeur de l'Institut chilien de l'Antarctique."L'un de nos objectifs est d'exalter et de faire comprendre au public l'importance de l'Antarctique pour un pays qui est en train de se forger un destin", ajoute-t-il.

En outre, M. Leppe explique que le Chili a configuré un axe de 3 000 km avec des capacités pour la science antarctique - entre Punta Arenas et Glaciar Unión - et que l'INACH développe plus de 100 projets scientifiques, intégrant plus de 350 chercheurs : "Environ 20 % d'entre eux sont des coopérations internationales, ce qui permet à nos recherches d'avoir une portée mondiale", explique le directeur.

Actuellement, 53 pays sont membres du SEA et 22 pays utilisent Punta Arenas comme porte d'entrée vers l'Antarctique, principale voie d'accès au continent blanc pour la science. Depuis 1947, le Chili maintient des bases dans différents secteurs de l'Antarctique, une année au cours de laquelle le pays a respecté les principes consacrés par le SEA : dédier ce continent à la paix et à la science, dans le cadre d'une intense collaboration internationale, en apportant des connaissances de portée mondiale.

Autres nouvelles connexes
03 mai 2024 #DurableChile #Colonnes

Bulletin d'information

Image du Chili