17 mai 2022 #SustainableChile

Dix entreprises chiliennes qui placent le recyclage au cœur de leurs activités

Paramètres d'accessibilité

Sur les quelque 20 tonnes de déchets produits au Chili chaque année, seuls 22 % sont récupérés ou recyclés, et ce volume recyclé correspond presque entièrement à des déchets industriels. Voici une série d'entreprises chiliennes qui ont fait du recyclage leur raison d'être, qui cherchent à apporter une contribution en soi, mais aussi à sensibiliser à la nécessité de réduire, de recycler et de réutiliser.

Selon le dernier rapport sur l'état de l'environnement du ministère de l'environnement, 19,6 millions de tonnes de déchets sont produits chaque année au Chili. Seuls 22 % d'entre eux sont récupérés ou recyclés, bien que le volume recyclé corresponde presque entièrement à des déchets industriels.

Les déchets sont un problème auquel sont confrontés tous les pays du monde. Le 17 mai 2016, la loi sur le recyclage et la responsabilité élargie des producteurs (REP) a été promulguée. Elle vise à réduire la production de déchets et à encourager leur réutilisation, leur recyclage et d'autres types de valorisation. Cette loi vise à réduire la production de déchets et à encourager leur réutilisation, leur recyclage et d'autres types de valorisation, principalement en rendant les fabricants et les importateurs de certains produits prioritaires responsables de la récupération d'un pourcentage de ces produits une fois leur durée de vie utile terminée. Ces produits prioritaires sont : les huiles lubrifiantes, les équipements électriques et électroniques, les piles, les emballages, les pneus et les batteries. Ces produits ont été classés par ordre de priorité parce qu'ils présentent une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : consommation de masse, volume important de déchets, déchets dangereux, faisabilité de la valorisation et existence d'un règlement de référence comparatif.

À l'occasion de la Journée mondiale du recyclage, il est essentiel de savoir ce que chacun peut faire. Découvrez ici une série d'entreprises chiliennes - des startups naissantes aux entreprises consolidées - qui encouragent le recyclage et innovent pour faire du Chili un pays sans déchets .

TriCiclos : la litière est un défaut de conception

Cofondée en 2009 par Gonzalo Muñoz, Joaquín Arnolds et Manuel Díaz, TriCiclos a commencé par créer des "puntos limpios", des stations de tri pour les matériaux recyclables qui se sont répandues dans tout le Chili. En 2011, elle est devenue la première entreprise à être certifiée "B Company" en dehors de l'Amérique du Nord. TriCiclos cherche à résoudre le problème urgent de la production de déchets grâce à des systèmes de gestion des déchets et à des services de conseil, avec pour devise que "les déchets sont un défaut de conception". L'entreprise est présente dans plusieurs pays d'Amérique latine et a obtenu une reconnaissance internationale, comme le prix "The Circulars" en 2019, l'"Oscar" de l'économie circulaire, décerné par le Forum économique mondial ; en plus d'être choisi en 2021 parmi les "Best for the World", une reconnaissance décernée par B Lab au niveau international.

Reciclapp : l'Uber du recyclage

La startup Reciclapp est une application mobile qui met en relation toute personne désireuse de recycler (particuliers, entreprises et collectivités) avec des recycleurs qui collectent les matériaux en 4 étapes simples : d'abord nettoyer et trier tous les déchets, les déclarer dans l'application, programmer la collecte et attendre le recycleur. En outre, les utilisateurs gagnent des points "Recikarma" à échanger contre des produits fabriqués à partir de déchets recyclés. Fondée en 2015 par l'ingénieur Cristián Lara, elle compte aujourd'hui 50 000 utilisateurs de différentes villes du Chili et a reçu le soutien de Corfo, en plus d'être reconnue par le concours AntofaEmprende.

Ecofibra : Iquique s'attaque aux déchets textiles

Face à la nécessité de traiter les nombreux déchets textiles qui s'accumulent dans le désert de la région de Tarapacá, Franklin Zepeda a créé en 2016 Ecofibra, une startup qui utilise les déchets de vêtements et de tissus pour fabriquer des sacs écologiques, de l'écofibre isolante et des panneaux isolants pour la construction de maisons, réalisant ainsi une réduction allant jusqu'à 35 % de la consommation d'électricité en raison de la diminution de l'utilisation du chauffage ou de l'air conditionné. En 2021, l'entreprise a recyclé environ 400 tonnes de déchets textiles et prépare l'installation d'une usine à Santiago.

Futuroil : une solution pour les huiles lubrifiantes usagées

Un litre d'huile lubrifiante usagée peut contaminer jusqu'à 4 millions de litres d'eau, selon les chiffres de l'Association nationale de l'industrie du recyclage (ANIR). Pour remédier à cette situation, l'entreprise chilienne Futuroil, créée en 1984, se consacre à la régénération et au raffinage des huiles lubrifiantes usagées, qui sont considérées comme des déchets dangereux. L'entreprise, située dans le district de Lampa de la région métropolitaine, est pionnière dans le recyclage de l'huile qui est retirée des centres de service pour en extraire l'eau et les impuretés. Le produit raffiné est distribué dans les centres de service de Santiago à Punta Arenas. Ils reçoivent environ 3 millions de litres d'huile usagée par an.

Armony : de la table à l'abonnement

Depuis plus de 30 ans, Armony se consacre au recyclage et à la transformation des déchets organiques tels que les déchets alimentaires des hôtels, des casinos et des habitations en compost pour les plantes, et des palettes en paillis (une couche protectrice qui empêche les mauvaises herbes et maintient l'humidité des plantes). Pour ce faire, des solutions technologiques durables sont mises en œuvre, avec un triple impact (économique, social et environnemental), en tirant le meilleur parti des matières premières. L'usine reçoit chaque année 8 000 camions de déchets à traiter. En 2021, elle a été choisie comme l'un des "Best for the World", un prix international décerné par B Lab.

GreenSpot : redonner de la valeur au plastique du sud

Cette entreprise, située dans la région de Los Lagos, a pour vocation de développer des produits à partir de granulés fabriqués à partir de déchets plastiques issus de différentes industries, comme des bouées et des flotteurs issus de l'industrie du saumon et de la pêche. Depuis 2017, GreenSpot a recyclé plus de 2 millions de kilos de déchets plastiques. En 2021, elle a été choisie comme l'une des "Best for the World", une reconnaissance décernée par B Lab au niveau international, ainsi que par le premier prix Asipla Sustentable 2021 (de l'industrie du plastique au niveau national). En décembre 2021, l'entreprise est devenue une filiale de Resiter, une entreprise chilienne ayant 40 ans d'expérience dans la gestion des déchets et présente dans cinq pays d'Amérique latine.

Sustrendlab : des pneus aux batteries lithium-ion

Situé dans la région de Valparaíso, ce laboratoire, créé en 2018 sous l'égide du cabinet de conseil en durabilité Sustrend, se concentre sur la génération de solutions pour l'économie circulaire à partir des déchets industriels. Les principaux services de Sustrendlab se concentrent sur le développement de nouveaux processus de valorisation des déchets, en développant de nouvelles matières premières à partir de sous-produits pour les réintégrer dans une autre chaîne de production. L'une de ses innovations révolutionnaires est le recyclage des pneus pour obtenir du graphite, qui est utilisé pour produire des batteries lithium-ion, essentielles à l'électromobilité.

Défi environnemental : transformer le plastique en bois

Créée par l'ingénieure Anita Farfán et la designer industrielle María José Vargas en 2013, cette entreprise a commencé par broyer du plastique et le vendre à des entreprises pour qu'elles le transforment. Aujourd'hui, elle se consacre au traitement des déchets plastiques et à leur transformation en objets et matériaux de construction, répartis en quatre lignes : Everwood (sa marque la plus importante), qui fabrique du bois plastique pour différents usages ; AislaPET, une fibre isolante similaire au verre, pour laquelle elle a reçu un prix de Corfo ; Everplastic, des produits ménagers à petite échelle, tels que des pots de fleurs et des sous-verres ; et 3D con Sentido, l'impression 3D de masques, de prothèses et de supports pour téléphones portables.

Racines indigènes : recyclage du bois et réinsertion sociale

Elle sauve des bois durs pour leur donner une seconde vie entre les mains de détenus qui apprennent le métier d'artisan en prison, en fabriquant des produits à partir de ces bois. Créée par Cristián Barahona, à San Fernando (région d'O'Higgins), Raíz Nativo a figuré en 2019 parmi les lauréats du prix Impulso Chileno, décerné par la Fondation Luksic. Le bois utilisé comme matière première est récupéré lors de démantèlements, de démolitions ou même au fond des lacs du sud, pour les transformer en cadeaux institutionnels tels que des tables et des saladiers.

Bioils : huiles végétales pour l'industrie chimique

Un litre d'huile de cuisson contamine 1 000 litres d'eau et reste pendant des années dans les mers et les rivières. En réponse à ce problème, Bioils collecte les huiles végétales usagées d'Arica à Puerto Montt auprès des supermarchés, des restaurants, des hôtels, des casinos, entre autres, pour les conditionner et les transformer en intrants pour l'industrie chimique, qui les utilise ensuite pour fabriquer des savons, des détergents, des bougies et des huiles industrielles. L'entreprise est aujourd'hui le leader du recyclage des huiles végétales usagées en Amérique latine, avec son centre d'opérations au Chili, d'où elle s'est étendue au Pérou, à l'Argentine, à la Colombie et à l'Équateur.

Autres nouvelles connexes
03 mai 2024 #DurableChile #Colonnes

Bulletin d'information

Image du Chili