09 août 2022 #Tourisme et sports

Iorana ! Dix merveilles incontournables de la fascinante île de Rapa Nui

Paramètres d'accessibilité

 Le magazine TIME vient de l'inclure parmi les 50 plus grands endroits du monde en 2022, et le magazine Conde Nast, parmi les 22 meilleurs endroits où aller en 2022. Située à 3 700 kilomètres de Santiago, au milieu de l'océan Pacifique, Rapa Nui est l'un des endroits les plus reculés du monde et abrite certains des plus grands trésors archéologiques de toute la Polynésie. Les moai, ces gigantesques statues de pierre disséminées sur l'île, ont probablement été construites entre 1200 et 1500 après J.-C. et sont classées au patrimoine mondial de l'humanité. Après avoir été fermée au tourisme pendant plus de deux ans en raison de la pandémie, l'île isolée a rouvert ses portes pour que le monde entier redécouvre et apprécie ses mystères et ses merveilles. Iorana !

Vérifier les conditions pour visiter l'île ici.

Hanga Rau (Anakena) : cette plage est située à 18 kilomètres du centre urbain de Hanga Roa et est accessible par la route qui traverse l'île. C'est ici que se trouvait le premier établissement humain de Rapa Nui et que le premier Ariki (chef) de l'île, Hotu Matu'a, a débarqué ; elle est donc considérée comme le berceau de l'histoire de Rapa Nui. C'est sur cette plage de sable blanc, peuplée de cocotiers venus de Tahiti, que se trouve l'Ahu Nau. Cette plate-forme de 7 moais a été restaurée entre 1978 et 1980, elle avait été très bien conservée car recouverte par une dune de sable. Lors de la restauration de cet ahu (plate-forme), on a découvert que les moai avaient des yeux en corail, et on a identifié le plus grand œil complet trouvé à ce jour, exposé actuellement au Rapa Nui Anthropological Museum.

 

Ahu Tongariki : il s'agit non seulement de la carte postale la plus emblématique de Rapa Nui, mais aussi du plus grand centre cérémoniel de toute la Polynésie. Situé à environ 20 kilomètres de Hanga Roa, le moment idéal pour visiter ce site est le lever du soleil, ce qui offre aux visiteurs l'une des expériences les plus époustouflantes. Il a d'ailleurs été récemment désigné comme l'un des dix plus beaux levers de soleil au monde. Les 15 moai de l'Ahu Tongariki ont été démolis au XVIIe siècle et ont ensuite subi les effets néfastes du climat, ainsi que du méga-séisme et du tsunami qui ont frappé l'île en mai 1960 et détruit tout ce qui restait debout. Sa restauration a commencé en octobre 1992 et s'est achevée en 1996 grâce à la coopération d'archéologues chiliens et étrangers ainsi que du peuple Rapa Nui. Les archéologues de l'Université du Chili, Claudio Cristino - qui fut également directeur du Musée anthropologique de Rapa Nui - et Patricia Vargas ont été chargés de sa restauration.

Rano Raraku : tout près de Tongariki (à un kilomètre) se trouve le volcan Rano Raraku, dont le cratère abrite un lagon. Ce volcan est un élément clé de l'histoire de Rapa Nui, car c'est sur ses pentes que se trouve la carrière où ont été fabriqués les moai, qui ont ensuite été déplacés vers le reste de l'île selon des méthodes encore débattues et qui continuent de susciter la controverse. Il reste 397 statues à différents stades d'achèvement, ce qui a permis aux chercheurs qui les ont restaurées de comprendre comment elles ont été formées. C'est dans cette carrière que se trouve le plus grand moai de l'île, Te Tokanga. Il a une hauteur approximative de 21 mètres et un poids estimé à 250 tonnes, selon les études menées par l'archéologue Claudio Cristino.

 

Ahu Akivi : Située à 9 kilomètres au nord de Hanga Roa, cette plate-forme de sept moai fut le premier site cérémoniel restauré de Rapa Nui , marquant un tournant sur l'île, puisque c'était la première fois depuis 150 ans que les insulaires pouvaient à nouveau contempler un ahu avec tous ses moai debout. Ces travaux ont été réalisés en 1960 par une équipe dirigée par l'Américain William Mulloy, l'un des archéologues qui s'était rendu sur l'île avec l'expédition de Thor Heyerdahl en 1955. Il s'agit d'une des rares plates-formes érigées à l'intérieur de l'île (la plupart se trouvent près de la mer), mais elle est essentielle. Il s'agit des seuls moai de toute l'île qui font face à la mer, bien qu'en réalité ils soient orientés vers une esplanade où se trouvait un village qui protégeait ses habitants. En outre, on dit qu'il a une signification astronomique en raison de l'alignement de la plate-forme du nord au sud.

Maunga Terevaka : c'est le plus jeune et le plus grand des volcans, et le point le plus élevé de l'île, avec une hauteur de 511 mètres (1676 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Il peut être escaladé à pied ou à cheval en quelques heures à partir d'Ahu Akivi, avec quelques arbres le long du chemin. De son sommet, on a une vue à 360° sur l'océan Pacifique qui, observée sous la lumière unique du lever ou du coucher du soleil, permet de contempler la courbure de la Terre. Il ne s'agit pas d'un seul cratère, car il est le résultat de nombreuses éruptions provenant d'un système de petits cônes parasites.

Grottes et cavernes : les coulées de lave volcanique qui ont donné naissance à l'île ont également créé un système complexe de tubes de lave qui traversent une grande partie de son sous-sol. L'un des sites incontournables est Ana Te Pahu, situé sur les pentes du volcan Terevaka, dans la région de Roiho. Elle est également connue sous le nom de grotte des bananiers, en raison du grand nombre de ces arbres que l'on trouve à l'entrée, et servait de refuge aux anciens habitants. Une autre des grottes les plus connues est Ana Kakenga, ou la grotte aux deux fenêtres, créée par l'écoulement d'une coulée de lave dans la mer, à une hauteur d'environ 30 mètres (98 pieds). Cette grotte est difficile d'accès car son entrée est très étroite et au niveau du sol.

Puna Pau : ce volcan secondaire situé à environ 7 kilomètres de Hanga Roa a également une importance historique pour la culture Rapa Nui. Alors que les moai ont été sculptés à Rano Raraku, les pukaos, ou coiffes rouges installées sur la tête de ces statues, ont été fabriqués à Puna Pau. L'intérieur du cratère est une source naturelle de scories rouges, une pierre volcanique tendre qui a été utilisée pour fabriquer ces coiffes, ainsi qu'une variété d'autres artefacts qui ont permis le développement de la culture Rapa Nui, tels que des récipients, du matériel de cuisine et de l'artisanat.

Rano Kau : bien qu'il soit actuellement fermé aux visiteurs, le Rano Kau est l'un des lieux les plus importants de l'île. Situé à 6 kilomètres de Hanga Roa, à plus de 300 mètres au-dessus du niveau de la mer, il possède le plus grand cratère de l'île (1,6 kilomètre de diamètre) avec un lagon d'eau douce à l'intérieur. Son origine remonte à un processus éruptif qui s'est produit il y a environ 2,5 millions d'années. Des grottes, des pétroglyphes et des fondations de maisons ont été découverts à l'intérieur et à l'extérieur du cratère, des traces qui montrent que le volcan avait une grande importance dans la vie des anciens habitants.

Village cérémoniel d'Orongo : situé sur le bord le plus étroit du Rano Kau, ce village cérémoniel, composé de 53 maisons, est lié au culte de Manutara (l'oiseau sacré de Rapa Nui) qui était en concurrence avec Tangata Manu (l'homme-oiseau). Son utilisation était saisonnière - quelques semaines par an, au début du printemps. Les chambres y étaient construites en dalles de pierre, bien que leur conception rappelle les hare paenga (maisons de bateau), communes dans le reste de l'île. Orongo est également le principal site d'art rupestre de Rapa Nui, avec des centaines de pétroglyphes d'hommes-oiseaux qui témoignent de son importance. On pense que le village a commencé à être occupé au XVe siècle, bien que la cérémonie du Tangata Manu ait pris de l'importance au cours des siècles suivants.

Complexe de Tahai : situé au nord de Hanga Roa, ce complexe archéologique est non seulement l'un des plus anciens établissements de l'île, mais il offre également l'un des paysages les plus impressionnants. C'est ici que vous pourrez admirer le plus beau coucher de soleil de Rapa Nui. Ce site archéologique comporte trois plates-formes cérémonielles. La première, de gauche à droite, est Ahu Vai Uri, sur laquelle cinq moai sont érigés ; puis il y a la plus ancienne des trois plateformes, Ahu Tahai, avec un moai solitaire d'environ 4,5 mètres de haut ; et enfin, Ahu Tahai, avec un moai solitaire d'environ 4,5 mètres de haut, sur lequel cinq moai sont érigés.7 pieds de haut ; et enfin, Ahu Ko Te Riku, sur lequel se dresse un seul moai (5 mètres de haut), qui a été restauré avec tous les ornements propres aux statues achevées, c'est-à-dire un pukao (coiffe), et des répliques d'yeux en corail, ce qui en fait le seul moai avec des yeux qui existe actuellement sur l'île. Ce complexe a été restauré entre 1968 et 1970. Devant lui se trouvent les restes de William Mulloy, précurseur de la restauration de l'île.

Les joyaux cachés :

Côte nord : elle ne peut être visitée qu'à pied, en suivant un circuit de 15 kilomètres (9 miles ou environ 6 heures) qui part d'Ahu Akivi et longe toute la côte ouest de l'île en direction du nord, pour se terminer sur la plage d'Anakena. En raison de son accès difficile et de l'absence de routes, c'est la côte la mieux préservée de la région, avec la plus grande concentration de sites archéologiques de l'île, avec de l'art rupestre, des plates-formes, entre autres attractions que l'on ne peut découvrir qu'avec un guide local.

Poike : ce volcan peu connu contient une grande quantité d'archéologie et de pétroglyphes, ainsi que des sites remarquables tels que la grotte dite des Vierges, et des falaises spectaculaires. Il n'y a pas de route et cette visite ne peut se faire qu'à pied, au cours d'une randonnée de 5 heures.

Autres nouvelles connexes
31 mars 2023 #Vie et culture #Tourisme et sports
28 février 2023 #Innovation & Entrepreneuriat #Connaissance & Science #Vie & Culture #Tourisme & Sports

Bulletin d'information

Image du Chili