19 juin 2024 #Colonnes

Chronique : Le Chili et le monde : les déterminants du siège

Paramètres d'accessibilité

Le Chili soutient le multilatéralisme, mais aspire à un multilatéralisme efficace et moderne, à partir duquel il serait possible de souligner l'urgence de rechercher des solutions entre tous les pays, grands, moyens et petits.

Chronique de Fernando Reyes Matta, ancien ambassadeur du Chili en Chine et directeur de la Fundación Imagen de Chile.

Le président Lula n'a pas pu venir, sa priorité étant d'être aux côtés de son peuple face aux graves inondations qui ont frappé le sud du Brésil. C'est regrettable, car un tel dialogue entre le dirigeant brésilien et le président Boric aurait montré toute la sensibilité qu'ils ont en commun face aux nouveaux défis de la planète.

En décembre dernier, lors de la COP28, Lula a souligné que l'humanité souffrait de sécheresses, d'inondations et de vagues de chaleur de plus en plus extrêmes et fréquentes. "L'Amazonie subit l'une des sécheresses les plus tragiques de son histoire. Dans le sud, les tempêtes et les cyclones laissent une trace sans précédent de destruction et de mort", a-t-il souligné, ajoutant que "la science et la réalité nous montrent que cette fois-ci, la facture est arrivée plus tôt". Il a d'ailleurs tenu ces propos en pensant à la COP de 2025 qui se tiendra en Amazonie, à Belém. Il y a quelques semaines, s'exprimant aux côtés d'António Guterres, secrétaire général des Nations unies, M. Boric a convenu, comme il l'a fait, que le monde d'aujourd'hui doit élaborer une politique internationale en accordant une grande priorité à la façon dont l'humanité dans son ensemble vit et souffre.

À cette occasion, il a fait remarquer qu'"aujourd'hui, en tant que génération, nous sommes confrontés à des dilemmes existentiels" et, ce faisant, il a donné des signes clairs des axes à partir desquels les déterminants de notre politique étrangère aujourd'hui proviennent, car c'est l'Existence, en majuscules, que l'humanité voit assiégée par diverses menaces et complexités.

C'est le cas de la démocratie, du développement social, des conditions de vie sur la planète, de l'impact irrésistible des changements numériques et de l'intelligence artificielle. Ce sont des réalités face auxquelles le Chili soutient le multilatéralisme, mais aspire à un multilatéralisme efficace et actualisé, à partir duquel il souligne l'urgence de rechercher des solutions entre tous - grands, moyens et petits pays -, en tenant compte des logiques du Nord avancé, mais aussi de celles du Sud global.

À l'approche du troisième message présidentiel, il est possible que ce cadre de référence devienne plus visible lorsqu'il s'agira de parler du rôle du Chili dans le monde d'aujourd'hui. Mais pour cela, il faut relier dans un nouveau récit les différents faits - ceux qui viennent d'avant et les nouveaux qui explosent - sur lesquels repose une plate-forme de dimension internationale que nous ne voyons pas toujours.

Le Chili a été élu à la présidence du Conseil économique et social des Nations unies pour la période 2023/2024 et tout le monde s'accorde à dire que l'ambassadrice Paula Narváez a insufflé une nouvelle énergie à cette entité. Le Congrès du Futur constitue une base prestigieuse pour influencer le Sommet du Futur en septembre prochain, en même temps qu'il commence à projeter ses travaux au-delà de ses frontières, comme il l'a fait récemment en Bolivie. Le deuxième Sommet du développement social est en préparation pour 2025, sans oublier que le premier - en 1995 - était une initiative chilienne promue par l'ambassadeur de l'époque, Juan Somavía. L'engagement pour la défense de la biodiversité en haute mer a pour acteur principal le Chili. Les plus hautes autorités des Nations unies se sont réunies au sein d'un Conseil exécutif présidé par António Guterres, secrétaire général de l'organisation mondiale. Pour la première fois, ils ont voulu tenir cette réunion stratégique en Amérique latine et ont choisi le Chili.

Mais à côté de ces événements qui pourraient être considérés comme un agenda classique de politique étrangère, il y en a d'autres qui déterminent la manière dont le Chili participera à l'arène mondiale d'un point de vue local. C'est ce qui ressort de l'inauguration d'usines d'hydrogène vert à Magallanes, de l'appel d'offres pour une usine de dessalement à Coquimbo, du début des travaux de la centrale photovoltaïque Gran Teno dans la région de Maule, de l'inauguration du plus grand système de stockage d'énergie renouvelable d'Amérique latine à Antofagasta et de la réponse du Chili avec de bons techniciens et travailleurs pour l'installation des grands observatoires astronomiques du monde ici. Voilà où en est le Chili, à partir de différents domaines d'action, en participant et en promouvant un agenda beaucoup plus étroitement lié au XXIe siècle que celui hérité des confrontations du XXe siècle.

Cette réunion au Chili d'autorités mondiales, telles que les dirigeants de l'Organisation internationale du travail et de l'Organisation mondiale de la santé, ou les dirigeants de l'Organisation mondiale du commerce et de l'ONU Femmes, entre autres, soulève une question non moins importante : pourquoi ont-ils tous choisi le Chili pour tenir, pour la première fois, leur réunion de coordination maximale en Amérique latine ?

Les mérites découlent de différents moments de notre histoire, avec des contributions concrètes apportées par de grandes figures de notre diplomatie, mais aussi de la sensibilité innovante dont le Chili a fait preuve à la suite de la pandémie pour identifier les questions fondamentales, pour lesquelles il n'y a de salut que dans la coopération et le dialogue entre tous. Sinon, comme l'a dit le président chilien, tout le monde "coule seul".

Rappelant le livre clé de l'ambassadeur visionnaire Hernán Santa Cruz, Coopérer ou périr : le dilemme de la communauté mondiale, le président Boric a souligné que cette maxime était pleinement valable. Elle est née dans d'autres contextes, dans un autre ordre mondial, mais les réalités contemporaines rendent l'essence de cette phrase encore plus valable. En d'autres termes, la nature globale d'une humanité qui a déjà franchi le cap des 8 milliards d'habitants interconnectés est plus globale que jamais.

Parallèlement, la même semaine, le Chili et l'Unesco ont accueilli la 31e conférence de la Journée mondiale de la liberté de la presse. Son slogan était clair quant aux enjeux : "Presse pour la planète : le journalisme face à la crise environnementale". Lors de la séance de clôture, le chancelier Alberto van Klaveren a déclaré que "la communauté internationale doit chercher activement à protéger les journalistes et les communicateurs en général, et ceux qui travaillent sur les questions environnementales en particulier. Les protéger, c'est protéger notre planète. Sans leur travail, il sera beaucoup plus difficile d'avoir des citoyens correctement informés de cette réalité.

Comme l'a souligné l'Unesco à la veille de la réunion au Chili, "la crise du climat et de la biodiversité n'affecte pas seulement l'environnement et les écosystèmes, mais aussi la vie de milliards de personnes dans le monde. Leurs histoires de bouleversements et de pertes méritent d'être connues et partagées. Elles ne sont pas toujours agréables à regarder. Elles peuvent même être dérangeantes. Mais ce n'est qu'en les connaissant qu'il est possible d'agir. Exposer la crise est le premier pas vers sa résolution.

À l'heure de la synthèse et des perspectives qui définissent tout message présidentiel, il convient d'apprécier les paroles d'António Guterres lui-même, qui a délivré son message depuis La Moneda aux côtés du président Boric. Il a déclaré : "L'engagement du Chili en faveur de l'action climatique, de la protection de la biodiversité et des océans, et son leadership en matière d'énergies renouvelables illustrent la voie à suivre".

L'exemplarité honore, mais aussi oblige. Dans une large mesure, le Chili traverse une période de renouvellement des axes de sa politique étrangère. Parfois, en raison de la myopie de certains ou du manque de communication sur l'ensemble des diverses actions qui constituent un tout plus grand que la somme de ses parties, ce que nous sommes et pouvons être n'est pas apprécié localement.

Lorsque le gouvernement actuel est arrivé au pouvoir, il l'a fait avec une phrase qui a pu ressembler à une rhétorique de circonstance : "Le Chili a besoin du monde, le monde a besoin du Chili". Mais dans son contenu plus profond, il y a un plus grand engagement : savoir ce que nous pouvons recevoir du monde qui nous renforcera pour l'avenir ; savoir ce que nous pouvons donner au monde qui contribuera à une meilleure humanité. Lorsque nous aurons articulé dans l'analyse les pratiques qui remontent à loin dans le parcours international du pays avec celles qui sont nées des urgences planétaires d'aujourd'hui, nous pourrons dire que le Chili est sur la bonne voie.

Consultez la chronique sur le site officiel du Diario El Mostrador ici.

Tags
Autres nouvelles connexes
Angelica_Valenzuela
05 juin 2024 #ChileDiverse #ChileGlobal #ChileSustainable #ChileColumns
03 mai 2024 #DurableChile #Colonnes

Bulletin d'information

Image du Chili